Couleur Invers | Taille : 2 3 5 10 | Rechercher

Job : Choisir un autre livre
14 : Choisir un autre chapitre
Tout : Choisir un autre Verset
Job 14 v 1 : L'homme né de la femme! Sa vie est courte, sans cesse agitée.
Job 14 v 2 : Il naît, il est coupé comme une fleur; Il fuit et disparaît comme une ombre.
Job 14 v 3 : Et c'est sur lui que tu as l'oeil ouvert! Et tu me fais aller en justice avec toi!
Job 14 v 4 : Comment d'un être souillé sortira-t-il un homme pur? Il n'en peut sortir aucun.
Job 14 v 5 : Si ses jours sont fixés, si tu as compté ses mois, Si tu en as marqué le terme qu'il ne saurait franchir,
Job 14 v 6 : Détourne de lui les regards, et donne-lui du relâche, Pour qu'il ait au moins la joie du mercenaire à la fin de sa journée.
Job 14 v 7 : Un arbre a de l'espérance: Quand on le coupe, il repousse, Il produit encore des rejetons;
Job 14 v 8 : Quand sa racine a vieilli dans la terre, Quand son tronc meurt dans la poussière,
Job 14 v 9 : Il reverdit à l'approche de l'eau, Il pousse des branches comme une jeune plante.
Job 14 v 10 : Mais l'homme meurt, et il perd sa force; L'homme expire, et où est-il?
Job 14 v 11 : Les eaux des lacs s'évanouissent, Les fleuves tarissent et se dessèchent;
Job 14 v 12 : Ainsi l'homme se couche et ne se relèvera plus, Il ne se réveillera pas tant que les cieux subsisteront, Il ne sortira pas de son sommeil.
Job 14 v 13 : Oh! si tu voulais me cacher dans le séjour des morts, M'y tenir à couvert jusqu'à ce que ta colère fût passée, Et me fixer un terme auquel tu te souviendras de moi!
Job 14 v 14 : Si l'homme une fois mort pouvait revivre, J'aurais de l'espoir tout le temps de mes souffrances, Jusqu'à ce que mon état vînt à changer.
Job 14 v 15 : Tu appellerais alors, et je te répondrais, Tu languirais après l'ouvrage de tes mains.
Job 14 v 16 : Mais aujourd'hui tu comptes mes pas, Tu as l'oeil sur mes péchés;
Job 14 v 17 : Mes transgressions sont scellées en un faisceau, Et tu imagines des iniquités à ma charge.
Job 14 v 18 : La montagne s'écroule et périt, Le rocher disparaît de sa place,
Job 14 v 19 : La pierre est broyée par les eaux, Et la terre emportée par leur courant; Ainsi tu détruis l'espérance de l'homme.
Job 14 v 20 : Tu es sans cesse à l'assaillir, et il s'en va; Tu le défigures, puis tu le renvoies.
Job 14 v 21 : Que ses fils soient honorés, il n'en sait rien; Qu'ils soient dans l'abaissement, il l'ignore.
Job 14 v 22 : C'est pour lui seul qu'il éprouve de la douleur en son corps, C'est pour lui seul qu'il ressent de la tristesse en son âme.
Chapitre suivant : 15

Rechercher